featured-image

“J’aimerais avoir un appartement avec vue sur Leicester Square, trouver un job super bien payé dans le commerce international, même si je l’avoue, je n’ai aucune expérience et je ne parle pas très bien anglais. Mais je sais qu’à Londres tout est possible donc je vais tout quitter en France et foncer. Qu’en penses-tu?”.

 

Bon ok, j’ai un peu reformulé l’email mais c’était ça l’idée.  J’en reçois régulièrement des comme ça. Et je me rends compte qu’un certain nombre de futurs expatriés ont une idée un peu faussée de ce qu’est la vie à Londres. C’est peut-être aussi un peu notre faute en tant que blogueurs expatriés: on a tendance à montrer les côtés positifs de notre ville, parce qu’on l’aime bien notre ville. Et puis c’est plus sympa de parler de choses positives, non?

 

st-pancras

 

En vrai la vie à Londres ça ressemble plutôt à ça:

 

 Option 1

“Je vis en colocation en zone 2 ou 2, je paie entre 500 et 600 livres pour ma chambre. Je vis avec deux autres colocs avec qui je m’entends plus ou moins bien (c’est la loterie ces trucs-là). Il me faut 45 minutes pour aller bosser en métro, c’est cher le métro en plus il fait super chaud dedans. Et en plus il reste souvent coincé entre deux stations. Mais c’est cool!”

Option 2

“J’ai choisi de vivre en dehors de Londres mais toujours dans la zone de commute, je paie le même prix qu’une colocation sauf que j’ai un appart pour moi. Il me faut 45 minutes pour aller au boulot en train. Le train c’est cool car contrairement au métro, c’est pas sous terre. Par contre, ça coûte une blinde s’il faut ajouter un pass pour le métro. Et dis-donc, ils sont pas foutus d’être à l’heure ces trains”

Option 3

“Ma boîte s’est occupée de me trouver un logement, paie le loyer et les transports en commun. Je dois juste payer les factures de ma poche. Il y en a pour 200 livres quand même!!! C’est cher l’Angleterre!” –> il y en a pas beaucoup des comme ça et heureusement parce qu’ils sont très frustrants :p

 

Du coup ami lecteur, et futur expatrié, j’avais envie de te parler de ce que j’aime moins dans la vie à Londres: les afternoon tea, les pubs, les concerts, expos…ça ne se limite pas qu’à ça la vie londonienne (même si, un peu quand même, hein! 😉 ). Il y a aussi certains aspects qui te plombent ton quotidien, te stressent…des choses chiantes mais qui font partie du “package” de la vie à Londres.

 

Bon, je te rassure il y a quand même beaucoup de points positifs aussi!

 

1- La battle pour un logement (correct)

 

Note que ceci est valable pour Londres, et les villes dans le périmètre de commute. Le logement est très cher, il y a peu d’espace et “si t’es pas content, il y a du monde derrière toi”

 

Il y a beaucoup de gens à Londres et un nombre limité de logements. Pour chaque logement mis en location ou colocation, il y a une file d’attente. Un logement correct, c’est le graal!

 

Pour la coloc: passer un entretien avec les futurs colocs pour voir si le courant passe. Oui parce qu’être en mesure de payer ne suffit pas, il faut qu’il y ait un feeling. Si tous les colocataires ne sont pas là, on peut vous demander de repasser plus tard. Il faut donc être sympa, aimer sortir (mais pas trop), travailler (mais pas trop)… vous voyez l’idée. Si tu passes tout ça, tu obtiens à £600/mois! Youpi!!!

 

Pour un appart: bon, là il faut passer par une agence immo la plupart du temps. Vous saviez qu’agent immobilier est l’une des professions les plus détestées au Royaume Uni? Avant de venir ici, je n’avais jamais vraiment eu affaire à un agent immo. Maintenant, je comprends pourquoi c’est la profession la plus détestée. Tu vas sur Zoopla ou RightMove (celui-ci est mis à jour plus souvent) et tu cherches un appart qui correspond à tes critères. Tu appelles et avant même de le voir on t’a déjà demandé de déballer toute ta vie. Puis si tu visites le logement et que tu veux le prendre, il faut fournir tout un tas de papiers, payer pour retenir le logement le temps de passer un background check. Cet argent n’est pas remboursable donc même si tu râtes le background check, tu ne reverras pas tes £300. En tant que locataire, n’oublie pas de demander une break clause sinon tu ne peux pas partir avant la fin du contrat. Tandis que le propriétaire peut te demander de quitter le logement sans motif particulier sous un délai d’un mois.

 

Sinon pour ceux qui veulent du pas cher du tout, il y a toujours la possibilité de devenir gardien. Mais pour avoir testé ce système, je peux vous dire qu’il faut uniquement le faire pour économiser vite et beaucoup: pas pour la qualité de vie!

 

2- Les transports (et leur mauvais rapport qualité-prix)

 

Soit on vit dans Londres même et on se coltine le métro. Soit on vit en dehors de Londres mais “dans la zone de commute“. C’est-à-dire toutes ces villes situées entre 20 et 30 minutes d’une station de train londonienne (Euston, Kings Cross, St Pancras, Moorgate, Victoria etc). Au niveau du temps de transports, la différence n’est pas toujours énorme. Pour vous donner une idée, à l’époque où j’habitais en zone 3 il me fallait 45 minutes pour aller travailler. Maintenant je vis à 20 miles de Londres et il me faut 50 minutes. Note: tu as vu, je parles en miles maintenant!

 

carte de transports londres

 

Que ce soit le métro ou le train: les transports en commun sont cher. Le métro est souvent perturbé, oh pas forcément beaucoup mais juste assez pour que ce soit embêtant. Se retrouver coincer sous terre à l’heure de pointe je peux vous dire que ce n’est pas drôle. A côté de ça, les trains de banlieue fonctionnent bien à part qu’ils sont bien souvent en retard…ou en avance…ou alors il n’y a personne pour conduire le train donc on attend quelqu’un. Dans les deux cas, on banque. Et n’essaie pas de frauder dans le train: tu peux passer car il n’y a pas toujours de barrière mais les contrôles à bord sont réguliers.

Mais en même temps, c’est toujours mieux que de se déplacer en voiture 😉

 

3- Le boulot “permanent” mais pas trop

 

Ce point ne me dérange pas particulièrement mais venant de France, il faut comprendre qu’un “emploi permanent” au Royaume Uni n’est pas vraiment la même chose qu’en France. Ici, on vous signe assez facilement un “CDI” de 40h et quelques. C’est rassurant sauf qu’en pratique on peut se débarrasser de vous avec un simple préavis d’un mois. Honnêtement, on ne vous virera pas sans raison non plus. Il faut en être conscient quand on pense à faire sa vie, ou du moins une partie de sa vie, en Angleterre. Il y a moins de protection qu’en France et il faut être assez débrouillard que ce soit au niveau professionnel ou personnel.

 

4- La santé

 

Je vous avais déjà parlé du système de santé britannique le NHS, relisez cet article pour voir comment ça fonctionne et retrouvez aussi mon retour d’expérience sur le sujet. Tout le monde y a droit et ça, c’est super! Le truc c’est qu’il ne faut pas être pressé, et pas trop malade non plus. Le médecin généraliste ne prescrit quasiment que du paracétamol (parfois de l’Ibuprofen quand même) et ne vous touche pas pour vous ausculter. Ou tellement peu.  Ca peut surprendre. Sinon, il faut avoir une assurance privée, c’est parfois fourni par sa boîte. Ou pas et dans ce cas, il faut investir soi-même dans cette option.

 

nhs

 

Par contre, pour ceux qui s’interrogent sur la gastronomie anglaise: je suis désolée mais on mange bien à Londres. Et si vous êtes vraiment en manque de produits français, il existe toujours des sites et magasins pour en trouver.

 

Donc ami futur expatrié, c’est super d’être motivé pour une aventure à l’étranger mais n’oublie pas que tout n’est pas tout rose ailleurs non plus et pense aussi aux conséquences qu’un séjour prolongé aura sur votre vie à long terme. J’en avais d’ailleurs parlé dans cet article.

 

Et toi ami lecteur, ça t’es déjà arrivé de vouloir t’installer quelque part et d’être déçu car l’image que tu avais du pays/de la ville ne correspondait pas à la réalité sur place?