administration

Il y a quelques semaines, je suis rentrée en France le temps d’un weekend. Quand on vit à l’étranger, je crois qu’on a besoin de ces jours passés en famille de temps en temps. Cependant, même si c’est un plaisir de voir ses proches, j’ai remarqué que certains ne peuvent pas s’empêcher de mettre sur la table certains sujets qui fâchent. D’ailleurs ces gens-là ils m’agacent car ils me forcent à réfléchir à des sujets que je préfère éviter. Du coup, grâce (ou à cause de?) ces gens-là, je me pose un tas de questions sur ma vie à l’étranger dernièrement et je me rends compte qu’il y a un certains nombre de trucs auxquels je n’avais pas pensé avant de partir.

Voici ces quelques détails qui me travaillent dernièrement!

Détails 1: on rate les nouvelles naissances

Vivre à l’étranger signifie que l’on ne peut pas être présent pour toutes les nouvelles naissances. En France, un certain nombre de mes connaissances en sont à cet âge où on commence à fonder une famille. En n’étant pas sur place, on ne peut pas être présent pour ces moments. Parfois, on les apprend même plusieurs semaines après qu’ils aient eu lieu – au détour d’une photo sur Facebook…

Détails 2: Les enfants/cousins ne te reconnaissent pas

Et puis, même quand on peut être présent, on ne l’est pas régulièrement. On se retrouve donc dans la situation où les enfants nés après notre départ ne nous reconnaissent pas. Bon heureusement, un sachet de bonbons permet en général de briser la glace avec les enfants. Enfin, ça marche plutôt bien avec mes petits cousins.

Détails 3: On est absent pour tous les évènements importants en fait…

Autant pour les mariages on peut s’arranger en avance mais pour certains autres évènements imprévisibles (décès et autres) on ne peut pas. Enfin soyons précis: on peut toujours prendre quelques jours de congés, cependant il n’est pas toujours financièrement possible de rentrer au dernier moment. Vous avez vu le prix des Eurostars ou billets d’avion pour rentrer en France à la dernière minute?

Détails 4: L’administration, on n’existe plus

administration

Crédit photo:http://www.investir-actif.com/

Quand on est résident à l’étranger (et non pas expat rattaché à la France), on devient assez détaché administrativement parlant. La carte vitale? Il y a bien longtemps qu’elle n’est plus active. Le compte bancaire? Vide depuis des années (d’ailleurs mon banquier français s’en est inquiété…ça lui aura pris 4 ans quand même). Le numéro de téléphone portable français? Ligne fermée depuis 2010. S’il faut rentrer un jour, ça va être le bazard, je vous le dis!

Détails 5: L’éloignement géographique

…qui crée des relations en dents de scie. Oui parce que Skype, c’est très utile. Même si on essaie de donner des nouvelles assez régulièrement, on se rend bien compte que la vie continue sans nous. Au passage, nous avions déjà parlé du fait que les expat’ donnent parfois moins de nouvelles.

Détails 6: Etre trop habitué à vivre à l’étranger

On s’habitue très bien à vivre à l’étranger. Oui, vous me direz que tout le monde ne s’habitue pas, mais c’est un autre problème. Mine de rien, on reconstruit toute sa vie ailleurs et on s’y trouve plutôt bien. Au final, nous n’avons pas de raison particulière de rentrer. Dans mon cas, je ne sais pas si je resterais toute ma vie en Angleterre: j’irai peut-être habiter ailleurs un jour…mais pour le moment je ne pense pas à rentrer en France.

Détails 7: On perd un peu niveau français

parler franglish

Source photo: http://www.keepcalm-o-matic.co.uk/p/i-speak-franglish-and-i-can-not-keep-calm/

Il faut l’avouer, parfois le français d’un expat’ “sonne bizarre“. Et parfois entre expats on fait de beaux mélanges de français et d’anglais. Mais on s’en fiche puisqu’on se comprend. Donc, oui le français en prend un coup mais on ne l’oublie pas: il s’internationalise (welcome franglish!)

Détails 8: Peur de ne pas se réadapter

Et là je vais parler pour l’Angleterre: ici, on est habitué à être entourés de gens de bonne humeur (oui, même à Londres), qui te servent du “hey, how are you” même quand ils te connaissent à peine, on te laisse tranquille: pas de réflexions blessantes, pas de classification des gens basées sur des préjugés. Bref, on te lâche la grape et ça fait du bien. En France, c’est un peu moins relax. Si, Si, il faut bien l’admettre.

Détails 9: Et la retraite?

cotiser pour la retraite

https://www.gosimpletax.com/blog/pension-tax-relief

Ca, c’est quelque chose que la famille nous ressort bien souvent. “Tu penses à ta retraite“, “tu cotises à la Caisse des Français à l’étranger“…Je peux comprendre que ça les travaille un peu – je ne prétends pas que ça ne me travaille pas du tout. Mais en même temps, l’Angleterre n’est pas non plus un pays sans système social du tout (et puis ils ont réformé leurs retraites il y a peu). Pour le point 9, on verra…

Détails 10: Et les enfants/petits enfants/neveux

L’autre grande question posée à celui qui pense vivre à l’étranger: “alors, les enfants c’est pour quand?” (avec le sourire bienveillant qui va avec). Ca en deviendrait presque tabou. A Londres j’admire les gens qui ont des enfants, je me demande toujours comment ils font – bon après la plupart des gens que je connais qui ont des enfants bossent de la maison, ce qui doit aider pas mal. 🙂

Bref, la vie d’expat ça me travaille dernièrement! Et vous les autres expats, est-ce que vos proches restés en France vous font réfléchir sur “votre condition d’expatrié“? Et pour ceux d’entre vous qui vivent en France et qui ont des proches à l’étranger, vous vivez ça comment?