Vivre en Nouvelle-Zélande: le guide complet

Cette page regroupe les liens vers tous mes articles sur l’expatriation en Nouvelle-Zélande: le coût de la vie, les visas, les conseils pour trouver sur travail et généralement, tout ce qui pourrait intéresser quelqu’un qui aimerait s’installer dans ce beau pays. Je vis et travaille à Auckland, vous trouverez donc aussi des informations spécifiques à cette ville. Let’s go !

Les visas pour la Nouvelle-Zélande

visa-nouvelle-zelandeSource photo Flickr

Tout d’abord, pour entrer en Nouvelle-Zélande avec le projet s’y travailler, il faut un visa. Si vous entrez en tant que touriste, c’est différent. Il existe différents types de visa de travail plus ou moins connus et plus ou moins faciles à obtenir. Selon votre situation personnelle, certains visas sont plus intéressants que d’autres. C’est à voir au cas par cas. Je tiens à préciser que ce qui suit est basé sur mon expérience personnelle et que je ne suis en aucun cas qualifiée pour donner des conseils personnalisés sur l’immigration en Nouvelle-Zélande car je ne suis pas un agent spécialisé.

Il existe de nombreux visas pour la Nouvelle-Zélande, parmi les plus communs:

  • Permis Vacances Travail: pour ceux qui veulent voyager et travailler dans le pays, c’est un visa de 12 mois avec possibilité d’extension de 3 mois sous certaines conditions. A l’heure actuelle se visa est limité aux personnes âgées de 30 ans maximum au moment de la demande.
  • L’Essential Skills Visa: un visa de travail temporaire qui permet de travailler entre 1 et 5 ans dans le pays mais uniquement pour l’entreprise qui a sponsorisé ce visa. C’est mon visa. Je vous invite à cliquer sur le lien dans l’encadré ci-dessous pour voir comment je l’ai obtenu.
  • Le visa de travail de type résident: qui vous donnent accès à la résidence et la possibilité de travailler sans restriction dans le pays.

 

>> Retrouvez toutes les informations sur les visas sur le site de l'immigration de la Nouvelle-Zélande. 
Sinon, j'ai aussi un article qui explique comment j'ai obtenu mon visa de travail pour la 
Nouvelle-Zélande. <<

 

Il existe bien d’autres visa par exemple pour les entrepreneurs, artistes, étudiants…n’hésitez pas à consulter le site de l’immigration pour voir quelles sont vos options. Vous pouvez aussi les appeler pour poser vos questions. Gardez en tête que bien souvent, ils ne peuvent que vous donner des informations sur les visas et pas sur votre cas à vous. Une fois la procédure de visa lancé, la seule personne qui peut répondre à des questions vous concernant est l’agent de l’immigration en charge de votre dossier. Mais pour une question d’ordre générale, ils sont très utiles.

Combien coûte une installation en Nouvelle-Zélande ?

moneySource photo Flickr

Quand j’ai su que nous allions partir en Nouvelle-Zélande (à Auckland) j’ai commencé à noter les différents postes de dépenses et les montants exacts. En effet, on pense évidemment au prix du visa, celui qui est annoncé sur le site de l’immigration mais il existe beaucoup d’autres postes de dépenses auxquels on ne pense pas forcément tout de suite: les coûts liés aux visas, les traductions certifiées, le coût du transport pour aller récupérer tel ou tel papier, les visites médicales, les “background checks”, les billets d’avion ensuite. Pour estimer le prix de l’installation, il vous additionner tout cela. Gardez aussi en tête que le budget n’est pas le même quand on part avec un PVT.

Pour vous donner une petite idée, j’ai  rédigé un article où je partage de façon transparente ce que notre installation en Nouvelle-Zélande nous a coûté. Le seul poste de dépense que je n’ai pas inclut, c’est l’achat d’une voiture car selon les personnes ce poste de dépense varie énormément. Disons qu’il faut quand même compter au moins 2 000 euros pour l’achat d’une vieille voiture d’occasion. Vous pouvez donc rajouter cela au budget annoncé dans mon article.

>> Lire l'article sur le coût d'une installation en Nouvelle-Zélande <<

Comment ouvrir un compte en banque en Nouvelle-Zélande ?

cover_imageSource photo Flickr

Ouvrir un compte en banque en Nouvelle-Zélande est facile et rapide.

Tout d’abord, vous devez choisir une banque. Il y a des banques néo-zélandaises comme BNZ ou ANZ mais aussi des banques internationales comme HSBC.  En Angleterre, j’étais chez HSBC qui me proposait d’ouvrir un compte en Nouvelle-Zélande directement pour moi. Je n’ai pas pris cette option car il fallait compter 30 jours et que niveau timing, c’était trop court. Mais si vous êtes dans une banque internationale, posez-leur la question car ils ont peut-être des facilités.

Sinon, pour ce qui est des banques locales il vous suffit de prendre RDV avec la branche qui vous intéresse et d’apporter votre passeport avec un justificatif de domicile. Sachez qu’ils acceptent les adresses Airbnb, auberges de jeunesse et hôtels. Si vous logez à une adresse temporaire, demandez-leur de récupérer votre carte bancaire à l’agence plutôt que par la Poste comme ça vous êtes sûr de pouvoir la récupérer.

Pour prendre prendre RDV: vous pouvez soit le prendre en avance en réservant un créneau sur le site Internet de la banque ou directement en allant en agence après votre arrivée en Nouvelle-Zélande. Personnellement, j’avais pris RDV avant d’arriver car j’avais seulement une journée de libre avant de commencer à travailler donc pas vraiment le temps d’attendre. A la fin du RDV, on vous donnera une carte temporaire qui vous permettra de payer et de retirer, mais vous ne pourrez pas faire de paiement en ligne. Votre banquier vous demandera si vous souhaitez une carte qui permet de faire des paiements en ligne, personnellement je vous conseillerais de prendre cette option car mine de rien, c’est quand même pratique de pouvoir acheter en ligne.

Récapitulatif:

  1. Choisissez votre banque,
  2. Prenez RDV et allez-y avec votre passeport et justificatif de domicile,
  3. Remplissez les papiers et demandez à recevoir votre carte bancaire dans un endroit où vous savez que vous pourrez la récupérer.

C’est tout !

Comment trouver un logement à Auckland

salonSource photo Flickr

Un peu comme en Angleterre, trouver un logement à Auckland était relativement facile. Ca nous a pris un mois, non pas parce qu’il n’y avait rien de bien sur le marché mais parce qu’on voulait prendre notre temps pour trouver quelque chose dans un quartier sympa, pas trop loin du travail, avec des transports en commun etc. Nous cherchions aussi un appartement, pas une colocation ce qui rend les choses un peu plus longues: il faut passer le “background check”, fournir des références pour le propriétaire. Aussi, il y a moins d’appartement à louer que de maisons.

Pour trouver une colocation: le plus simple c’est Trade Me, l’équivalent du Bon Coin en France. On trouve plein d’annonces de colocation (et des annonces d’un peu de tout en général), il suffit d’envoyer un message pour demander à voir le logement, d’aller le visiter et d’en prendre possession si tout le monde est d’accord sur les termes et conditions. Un peu comme à Londres, il faut faire attention aux arnaques. Par contre, les visites ici se font vraiment pendant les horaires de travail: 9h-5h généralement. Ceci complique beaucoup les choses quand on travaille à temps plein comme moi. Heureusement, l’English Boyfriend s’est attelé à cette tâche pour nous trouver un logement, pendant que je travaillais.

>> Lire les arnaques au logement à Londres (c'est la même chose ici). <<

Pour trouver un appartement, nous sommes passé par une agence immobilière (Barfoot, ils sont un peu partout à Auckland) et nous avons dû fournir les documents suivant:

  • copie du contrat de travail,
  • copie de nos visas et passeports,
  • 2 références d’anciens propriétaires/agences immobilières (ils vérifient)
  • 2 références de collègues et amis (alors, ça, c’est pas commun du tout, on a juste une propriétaire assez originale),
  • 1 mois de caution à payer à l’agence et qui est ensuite protégé par un organisme,
  • 1 semaine de loyer (on paie le loyer à la semaine ici).

Trouver un travail à Auckland

laptopSource Photo Flickr

Tout dépend du type de travail que l’on cherche et aussi du type de visa que l’on a: avec un PVT et un visa de type résident, on peut travailler où on veut et pour qui on veut. Avec un Essential Skills Visa, on doit travailler pour l’entreprise qui est mentionnée sur notre visa et dans le poste qui est inscrit (sur mon visa, on peut voir l’intitulé de mon poste et le nom de la boîte qui m’emploie). J’ai quand même entendu dire qu’on peut faire modifie son Essential Skills Visa auprès de l’immigration si la situation change cependant, je ne saurais pas vous dire comment cela fonctionne.

  • Si vous cherchez un poste non qualifié en Nouvelle-Zélande vous trouverez des annonces sur TradeMe mais aussi en vous baladant en ville. On voit régulièrement des annonces pour travailler dans la restauration et dans la vente.
  • Si vous cherchez un emploi qualifié: vous trouverez des annonces sur Seek mais aussi sur LinkedIn. Si je me souviens bien, j’avais trouvé l’annonce pour mon poste sur Seek.

Il vous faudra un CV en anglais et au format néo-zélandais. Lien vers un site du gouvernement Kiwi qui vous expliquera tout ça ci-dessous. Le CV néo-zélandais est au final assez proche du CV britannique: pas de photo, pas de date de naissance…en gros on indique aucune information qui pourrait susciter une discrimination. Sur mon CV, je n’avais même pas indiqué ma nationalité bien qu’elle pouvait être devinée en regardant où j’avais fait mes études par exemple.

Précisez que vos références sont “available upon request”. Ils demandent systématiquement deux références pour les postes qualifiés donc votre employeur potentiel doit être en mesure de contacter deux personnes avec qui vous avez travaillé dans le passé.

Exemple de CV au format néo-zélandais sur le site du gouvernement ici.

La lettre de motivation: on recommande d’en faire une.

Utiliser les transports en commun à Auckland

auckland-waterfrontSource photo Flickr

Les transports en commun à Auckland sont gérés par Auckland Transport. Ils s’occupent des bus, trains, ferrys…Vous pouvez acheter un ticket à l’unité auprès du conducteur ou prendre une carte rechargeable “Hop Card”. La carte “Hop Card” s’achète soit aux “corner shops” ou auprès d’Auckland Transport dans les gares. La carte coûte $15: 10 pour la carte et 5 de crédit. On peut ensuite recharger la carte dans les gares, dans les épiceries de quartier ou simplement sur Internet. Notez que quand vous rechargez la carte en ligne, il faut compter 24h pour que le crédit s’affiche sur le carte et donc pour pouvoir l’utiliser. En attendant que le crédit soit affiché sur la carte, on ne peut pas l’utiliser.

  • Les autres options: la location de vélo avec Onzo, la location de trottinette avec Lime et les taxis ou Uber qui est très utilisé ici.

Le système de santé en Nouvelle-Zélande

Pour pouvoir voir un docteur en Nouvelle-Zélande, il faut d’abord s’enregistrer avec un GP (general practitioner). Ici, pas de restriction liée à son adresse, tant que la maison médicale prend des nouveaux patients, on peut s’enregistrer. Les documents à fournir sont les suivant:

  • justificatif de domicile,
  • passeport,
  • copie du visa.

Selon le type de visa que vous détenez, vous êtes (ou pas) éligible au “publicly funded healthcare”. Cela n’est pas accessible avec un PVT mais avec un visa de type résident, si, ou un visa de travail de plus de 2 ans.

Les consultations sont payantes et varient selon les GP. Pour vous donner une idée, voici les prix chez mon docteur:

  • Consultation “publicly funded”: 62 NZD contre 97 NZD pour les “non funded”

Les consultations durent 15 minutes et on traite un seul problème à la fois donc si vous avez plusieurs problème à traiter: il faut prendre plusieurs RDV, et donc payer plusieurs consultations.

Un peu comme en Angleterre, on trouve aussi un système de mutuelles en Nouvelle-Zélande. Vous pouvez en prendre une par vos propres moyens ou souscrire à celle proposée par votre employeur si celui-ci vous en propose une.

Autres ressources utiles: mes bilans réguliers

Je me suis installée à Auckland en juillet 2018 après avoir passé presque 8 ans en Angleterre. Pendant ces années en Angleterre, je n’ai pas forcément tenu de journal d’expat et je le regrette maintenant. Avec cette nouvelle expérience, j’ai décidé de faire un bilan tous les 3 mois un peu pour moi, ma famille mais aussi pour ceux d’entre vous qui se demandent à quoi ressemble la vie sur place au quotidien. J’ajouterais les liens vers ces bilans au fur et à mesure de leur publication ci-dessous:

>> Lire les bilans: 1 mois >> 3 mois >> 8 mois... <<
Close