Vivre à Melbourne: interview de Kenza

Tous les mois, je vous propose une interview d’expatrié quelque part dans le monde (ok, j’ai râté juillet mais que voulez-vous, le boulot tout ça, tout ça). Ce mois-ci, on part loin: en Australie. L’expatriée du mois d’août, c’est Kenza du blog Cups of English tea, elle nous raconte sa vie à Melbourne.

1- Présente-toi/ton blog

J’ai 25 ans, je viens de Paris et je suis professeur de FLE, c’est-à-dire de français langue étrangère. Cela me permet de voyager tout en travaillant. Et aussi, je blogue ! Mon blog dans sa forme actuelle a maintenant 3 ans, ouvert en 2011 avant mon départ pour l’île de Jersey. Je raconte mes voyages, le quotidien de l’expatriation, quelques sautes d’humeur… et le titre, Cups of English tea, vient d’une chanson de Paul McCartney. (retrouvez le super blog de Kenza ici)

 

melbourne

2- Depuis combien de temps es-tu expat’/par quels pays es-tu passée ?

Ca fait cinq ans avec une pause d’un an au milieu. Je suis partie en Angleterre (York) en 2009 pendant presque un an, retour à Paris une autre année, puis deux ans à Jersey, un an au Canada au milieu du pays dans la province du Manitoba et maintenant je suis en Australie, à Melbourne, pour encore cinq mois. Il restera six mois sur mon visa, je n’ai pas encore décidé si j’allais rester à Melbourne ou m’installer dans une autre ville.

 

3- Quelles ont été tes motivations pour partir à l’étranger ?

La première fois je suis partie par hasard. Il y avait eu une grève de presque six mois dans mon université, les modalités des concours pour devenir prof venaient d’être changées par le gouvernement, j’ai voulu aller prendre l’air ailleurs. Et finalement ça m’a plu…

melbourne 1

 

4- A quoi ressemble la vie là où tu habites en ce moment ?

La vie à Melbourne est la plus agréable au monde selon tous les classements ! Je travaille les après-midi et le soir, donc je profite des journées pour aller boire un café dans le centre-ville, aller à la salle de gym ou faire un peu de shopping. Le dimanche je vais au marché ou bruncher. Les gens sont très… sympas et détendus, même pour une grande ville de quatre millions d’habitants.

 

5- As-tu rencontré des difficultés au début de ton expatriation? Lesquelles?

Ca dépend vraiment du contexte dans lequel on part et il faut aussi savoir que je pars toujours avec un job qui m’attend. C’est toujours moins stressant d’avoir aussi un logement de prêt – ce qui m’est arrivé deux fois sur quatre. Après le reste des démarches administratives – numéro de téléphone, banque, casier judiciaire, impôts, sécurité sociale, ça se passe plutôt bien ! Il est très facile de trouver les renseignements nécessaires sur Internet et un expat blogueur à qui poser des questions.

melbourne 2

 

6- Quels conseils donnerais-tu à un futur expat’

Si c’est temporaire : partez ! Il y a tellement d’opportunités, partout en Europe avec l’espace Schengen, les Working Holidays… mais ayez des économies pour les premiers mois. Si c’est pour plus longtemps, faites un voyage de reconnaissance. Les gens qui obtiennent la résidence permanente au Canada sans y être jamais allés me surprennent beaucoup, tout comme ceux qui débarquent en Australie avec quelques centaines d’euros alors que le gouvernement recommande d’en avoir 3500 minimum.

 

7- As-tu quelques bonnes adresses/bons plans à partager sur Melbourne?

Il y a le meilleur restaurant de dumplings à Carlton, pas loin de Monash University, et Yo-chi, le meilleur frozen yogurt à Balaclava.
Sinon de faire du shopping dans les op-shops (les charities anglais) et le café est seulement à un dollar dans les 7/11 !

 

melbourne 3

8- Rencontrer du monde sur place: facile ou difficile? Des conseils?

Ca dépend qui l’on veut rencontrer. Des français c’est le plus simple, et tous les internationaux en visa vacances-travail aussi. On est loin, seul au bout du monde, les liens se créent très vite. Avec des Australiens ça mettra plus de temps je pense : via la colocation, le travail… J’ai des copines qui font des meet-ups, je vais peut-être tenter.

9- Penses-tu revenir en France un jour?

Non… Je m’étais toujours dit que je m’installerai pour de bon au Royaume-Uni. Puis je suis allée au Canada et maintenant c’est un concurrent sérieux ! Ce sera peut-être l’Australie ? En tout cas, j’envisage de rentrer dans le système scolaire du pays que j’aurais choisi.

 

10- Quelque chose à rajouter?

Merci Lucie !

 

Si vous vous intéressez à l’expatriation, retrouvez les anciennes interviews d’expatriés ici.

Spread the love
Comments
10 Responses to “Vivre à Melbourne: interview de Kenza”
  1. Jordane says:

    Salut Lucie et Kenza,

    C’est vrai que c’est tout de même plus sympa d’aller vers un endroit où un boulot nous attend. J’ai déjà fait ça au Canada. J’avais trouvé la boîte qui allait m’accueillir, et peu de personnes le font.
    SI il y a possibilité d’éviter de déchanter en galérant sur place, parce qu’on y est allé fleur au fusil en se disant que ça sera la fête dans notre pays d’accueil… Autant prévenir que guérir.

    Kenza dit un truc important, c’est que beaucoup de gens, notamment les PVTistes que je connais reviennent en France pour problème d’argent. Ils n’ont pas pris conscience qu’il fallait partir avec des économies le temps de savoir où dénicher les opportunités dans le pays.

    Bref, c’était un point important que je confirme, si ça peut aider. Biz

    Jordane

    • Lucie says:

      Salut Jordane,

      tu avais trouve facilement un job au Canada avant de partir? J’ai l’impression que c’est quand meme assez complique…C’est clair que partir en ayant deja un job, ca doit economiser pas mal de stress.

      C’est “marrant” ce que tu dis sur les PVTistes, je vois ca aussi a Londres. Les gens entendent dire qu’il y a du boulot (et c’est vrai) mais oublient les frais d’installation qui sont relativement eleves. Au final, ils ont claque le peu d’economies qu’ils avaient et n’ont pas eu le temps de se retourner une fois sur place. Echec a tous les points quoi.

      J’espere que tout se passe bien de ton cote 😉

      Lucie

    • Kenza says:

      Merci à tous pour vos commentaires !

      Jordane : je suis contente de voir que tu es d’accord avec moi. C’est un suiet un peu polémique ici dans la communauté des Pvtistes en Australie.

      Carole : oui c’est vrai et je n’imagine même pas le coût ! Dans certaines provinces du Canada, c’est obligatoire avant la RP. Pari réussi 🙂

      A bientôt Nad !

      Et Mat oui il est très populaire d’apprendre le français à Melbourne, les écoles et les cours se développent très rapidement. Les Australiens voyagent beaucoup et la Nouvelle-Calédonie est juste à côté… par contre dans les écoles primaires, on apprend le japonais, l’indonésien et le mandarin !

  2. Carole says:

    J’ai aimé lire cette interview trés intéressante! J’aime beauoup Melbourne aussi. C’est une ville trés agréable.
    Par contre, il est tout à fait possible d’émigrer dans un nouveau pays sans y avoir jamais mis les pieds! Un voyage de reconnaissance s’assimile à des vacances et le point de vue est complètement différent. Beaucoup de Britanniques que je connais ont obtenu la Résidence Permanente en Australie sans jamais y être venu. Nous avons débarqué ici avec nos deux enfants sans connaitre le pays. Qui ne tente rien n’a rien 😉

    • Lucie says:

      Je te rejoins là-dessus, voyager et s’installer ce n’est pas du tout la même chose.

      Dans votre cas, tout se passe bien jusqu’à présent? Pas de regret ou de mauvaises surprises?

  3. Sympas cette interview ! et du coup, je découvre un nouveau blog

    Sinon je confirme aussi, partir sans emploi est hyper stressant.
    Mieux vaut prévoir un beau budget. Et si vous partez pour le Canada, ne partez pas seulement avec la somme conseillée, en tout cas pour le Quebec, si ma mémoire est bonne s’était autour de 5000-6000e pour une famille de 5 et ça pour 3 mois !! autant dire que si vous venez avec ce budget,
    vous courez droit au mur.
    En Alberta vous trouverez certainement un job plus vite, mais ici on vous demande une caution pour votre location, donc d’office une plus grosse somme à sortir.
    Mais il me semble que le reste du Canada demande une somme bien plus grosse et plus réaliste.

    En tout cas je reviendrais lire les autres interviews
    A bientot
    Nad

    • Lucie says:

      Bonjour Nad et bienvenue!! 🙂

      Ca ne me paraît pas tant que ça 5000-6000/mois pour une famille de 5, vous avez dû faire attention pour ne rester dedans non? Vous aviez trouvé un job facilement une fois sur place? Je vais aller faire un tour sur ton blog pour en connaître un peu plus 🙂

  4. Mat says:

    Salut et sympa l’interview. Je suis allé à Melbourne une semaine, mais le temps pourri m’a saoulé et j’ai repris l’avion pour le soleil de Perth… west coast represent !

    Sinon elle donne des cours de français à Melbourne c’est ça ? Il y a beaucoup d’australiens intéressés par le français ??

    • Lucie says:

      Il est si mauvais que ça le temps à Melbourne? 🙂 J’en ai vaguement entendu parler mais parfois les gens exagèrent

      Elle est prof de FLE donc elle doit être rattachée à une école ou une fac, après je ne sais pas si elle donne des cours à côté à des particuliers.

Leave A Comment

Suivez-moi sur les réseaux sociaux:

Les archives

Cookies – Mentions légales

A propos…

MyTourduGlobe est un blog hybride: à la fois blog de voyage et blog d'expatriation. Je m'appelle Lucie et je vis au Royaume Uni. Plus précisément je vis à londres depuis 2010, avant cela j'ai vécu en Roumanie. L'expatriation et moi, c'est une grande histoire d'amour comme tu pourras le voir au fil des articles!

Mais ce site, c'est aussi un blog de voyage. En effet, dès que possible j'aime voyager: que ce soit au Royaume Uni ou ailleurs dans le monde. Vous voulez en savoir plus? Parcourez mon blog de voyage et ma page "à propos" pour apprendre à mieux me connaître.