melbourne

Tous les mois, je vous propose une interview d’expatrié quelque part dans le monde (ok, j’ai râté juillet mais que voulez-vous, le boulot tout ça, tout ça). Ce mois-ci, on part loin: en Australie. L’expatriée du mois d’août, c’est Kenza du blog Cups of English tea, elle nous raconte sa vie à Melbourne.

1- Présente-toi/ton blog

J’ai 25 ans, je viens de Paris et je suis professeur de FLE, c’est-à-dire de français langue étrangère. Cela me permet de voyager tout en travaillant. Et aussi, je blogue ! Mon blog dans sa forme actuelle a maintenant 3 ans, ouvert en 2011 avant mon départ pour l’île de Jersey. Je raconte mes voyages, le quotidien de l’expatriation, quelques sautes d’humeur… et le titre, Cups of English tea, vient d’une chanson de Paul McCartney. (retrouvez le super blog de Kenza ici)

 

melbourne

2- Depuis combien de temps es-tu expat’/par quels pays es-tu passée ?

Ca fait cinq ans avec une pause d’un an au milieu. Je suis partie en Angleterre (York) en 2009 pendant presque un an, retour à Paris une autre année, puis deux ans à Jersey, un an au Canada au milieu du pays dans la province du Manitoba et maintenant je suis en Australie, à Melbourne, pour encore cinq mois. Il restera six mois sur mon visa, je n’ai pas encore décidé si j’allais rester à Melbourne ou m’installer dans une autre ville.

 

3- Quelles ont été tes motivations pour partir à l’étranger ?

La première fois je suis partie par hasard. Il y avait eu une grève de presque six mois dans mon université, les modalités des concours pour devenir prof venaient d’être changées par le gouvernement, j’ai voulu aller prendre l’air ailleurs. Et finalement ça m’a plu…

melbourne 1

 

4- A quoi ressemble la vie là où tu habites en ce moment ?

La vie à Melbourne est la plus agréable au monde selon tous les classements ! Je travaille les après-midi et le soir, donc je profite des journées pour aller boire un café dans le centre-ville, aller à la salle de gym ou faire un peu de shopping. Le dimanche je vais au marché ou bruncher. Les gens sont très… sympas et détendus, même pour une grande ville de quatre millions d’habitants.

 

5- As-tu rencontré des difficultés au début de ton expatriation? Lesquelles?

Ca dépend vraiment du contexte dans lequel on part et il faut aussi savoir que je pars toujours avec un job qui m’attend. C’est toujours moins stressant d’avoir aussi un logement de prêt – ce qui m’est arrivé deux fois sur quatre. Après le reste des démarches administratives – numéro de téléphone, banque, casier judiciaire, impôts, sécurité sociale, ça se passe plutôt bien ! Il est très facile de trouver les renseignements nécessaires sur Internet et un expat blogueur à qui poser des questions.

melbourne 2

 

6- Quels conseils donnerais-tu à un futur expat’

Si c’est temporaire : partez ! Il y a tellement d’opportunités, partout en Europe avec l’espace Schengen, les Working Holidays… mais ayez des économies pour les premiers mois. Si c’est pour plus longtemps, faites un voyage de reconnaissance. Les gens qui obtiennent la résidence permanente au Canada sans y être jamais allés me surprennent beaucoup, tout comme ceux qui débarquent en Australie avec quelques centaines d’euros alors que le gouvernement recommande d’en avoir 3500 minimum.

 

7- As-tu quelques bonnes adresses/bons plans à partager sur Melbourne?

Il y a le meilleur restaurant de dumplings à Carlton, pas loin de Monash University, et Yo-chi, le meilleur frozen yogurt à Balaclava.
Sinon de faire du shopping dans les op-shops (les charities anglais) et le café est seulement à un dollar dans les 7/11 !

 

melbourne 3

8- Rencontrer du monde sur place: facile ou difficile? Des conseils?

Ca dépend qui l’on veut rencontrer. Des français c’est le plus simple, et tous les internationaux en visa vacances-travail aussi. On est loin, seul au bout du monde, les liens se créent très vite. Avec des Australiens ça mettra plus de temps je pense : via la colocation, le travail… J’ai des copines qui font des meet-ups, je vais peut-être tenter.

9- Penses-tu revenir en France un jour?

Non… Je m’étais toujours dit que je m’installerai pour de bon au Royaume-Uni. Puis je suis allée au Canada et maintenant c’est un concurrent sérieux ! Ce sera peut-être l’Australie ? En tout cas, j’envisage de rentrer dans le système scolaire du pays que j’aurais choisi.

 

10- Quelque chose à rajouter?

Merci Lucie !

 

Si vous vous intéressez à l’expatriation, retrouvez les anciennes interviews d’expatriés ici.