cafe-londres

Il y a quelques mois, j’ai commencé à faire du vélo à Londres. L’idée ne vient pas de moi mais de l’English Boyfriend. Pour être honnête avec toi ami lecteur, je faisais partie de ceux qui pensent qu’il faut avoir un grain pour se déplacer en vélo à Londres: entre les bus, les taxis, les piétons avec leurs écouteurs qui ne font pas attention et les autres cyclistes qui doublent n’importe comment, je t’avoue que l’idée ne m’enchantait guère. Mais la perspective de pouvoir aller partout facilement sans payer le métro me tentait quand même. Donc pourquoi pas!

euston-parc

Choisir son vélo à Londres

Il fallait d’abord trouver le bon vélo: pas trop cher (vous aurez peut-être vu passer les vélos Brompton, ils sont parfait mais dis-donc quel budget: £1000 comme prix de base pour un vélo, ça fait plutôt cher quand même…), pliable pour pouvoir le mettre dans le train, pas trop lourd pour le transporter facilement…J’ai donc opté pour l’un des moins cher que j’ai trouvé, la même marque que l’English Boyfriend (bah oui, j’ai pu voir ce qu’elle valait comme ça). C’est donc un “Tern” à £400 qui m’accompagne dans mes déplacements.

Ok, je te l’accorde ça fait toujours cher pour un vélo mais il faut voir l’économie réalisée: £30 par semaine quand même (soit £1560 sur l’année) et j’espère bien qu’il va me faire quelques années quand même. Donc voilà, il n’est pas aussi joli, petit et léger qu’un Brompton, mais il fait bien l’affaire (et puis de toute façon si c’est pour qu’on me le vol ce n’est pas la peine d’investir trop, n’est-ce pas?)

Infos pratiques: pour ceux qui n’ont pas à transporter leur vélo en train, vous pouvez optez pour un vélo classique: n’importe lequel, on en trouve plein sur Gumtree et ils ne coûtent pas grand chose d’occasion. J’ai pris le mien chez Evans (mais parce que ma boîte a un accord avec eux et qu’on pouvait avoir des réducs, sinon je ne suis pas fan de ce magasin). Si vous êtes un peu en dehors de Londres, regardez chez Halford, ils ont un bon service mais pas de magasins dans le centre de Londres malheureusement.

Et pour éviter les arnaques (vélos volés notamment), consultez ce guide par London Cyclist (désolée, c’est en anglais). Pour toutes les infos sur les déplacements à vélo, Transport For London a aussi une section dédiée avec beaucoup d’informations pour les cyclistes et vous pouvez la trouver sur leur site (re-désolée c’est encore en anglais).

 

Les premières fois à vélo à Londres

Maintenant, j’avoue que les premières fois je n’en menais pas large sur mon vélo. En tant que piétonne, je voyais bien que les conducteurs faisaient n’importe quoi mais sur le trottoir on est relativement tranquilles sauf que quand on pédale on est exposé et là c’est moins marrant déjà. Néanmoins, depuis que j’ai commencé, je me suis rééllement fait peur une seule fois: un taxi qui a trouvé drôle de me frôler en me doublant, je me suis pris un trottoir mais rien de grave (et puis le vélo à rayé son taxi au passage, bien fait!)

pub

Après plusieurs mois à faire du vélo à Londres, je commence à apprécier tous les avantages:

    • écologique: bon ok, on se tape les gaz d’échappement …
    • économique: pas besoin de payer pour le métro ou le bus. Et en plus, pas besoin d’aller à la gym donc on économise encore £60 par mois: bah oui mine de rien, on fait du vélo matin et soir, ça fait travailler les muscles tout ça!
    • On peut aller partout: les voitures ont plein de sens interdits qui sont en fait autorisés pour les vélos. Certaines zones reculées ne sont pas accessibles en métro ou en bus, il faut donc marcher: le vélo gagne du temps.
    • Découvrir de petites rues: perso, j’essaie d’éviter les grands axes qui me font toujours un peu peur. Je vais donc systématiquement vers les petites rues peu fréquentées où les chances de se faire culbuter par un taxi sont moindre. Cela permet de faire des découvertes: des cafés sympa, une nouvelle boulangerie, un vieux pub, de jolies maisons, une église allemande au milieu d’un bloc d’appartements…

eglise-allemande-londres

  • Pas mal de pistes cyclables: ce n’est peut-être pas le cas partout mais dans la zone que je couvre, il y a beaucoup de pistes cyclables donc on est relativement tranquille
  • Evitez de prendre les transports en commun: je ne sais pas ce que tu en penses mais le métro à Londres, c’est pas top: c’est cher, il fait chaud, on est entassés et entre les arrêts impromptus et les signal failures, les trajets peuvent être carrément chiants.
  • Ca réveille le matin: bah oui, quand tu as fait tes 20 minutes de vélo sous la fraîcheur londonienne le matin, tu es bien réveillé en arrivant au boulot (bon, ça ne veut pas dire que ça va durer toute la journée, hein)

Même s’il y a quand même des inconvénients:

  • transporter le vélo: il faut arriver un peu en avance pour avoir le temps de plier son vélo dans le train et honnêtement il y a peu de place dans le train donc si tout le monde se met au vélo, ça ne fonctionne plus.
  • les accidents: même si l’on fait attention, un accident peut être vite arrivé: un piéton qui n’entend pas la sonnette à cause de sa musique, un taxi qui ne vérifie pas l’angle mort ou un bus…
  • la pluie: alors ça c’est LE truc qui m’énerve, pédaler sous la pluie. Enfin surtout parce que ma capuche ne tient pas sur la tête!
  • On se met du cambouis partout et c’est pas classe quand on arrive au boulot 🙂

cafe-londres

Au final, je trouve beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients à faire du vélo à Londres. Et puis, il faut aussi voir le bon côté des choses: on accroche facilement le vélo sur la voiture, ce qui permet de visiter d’autres villes du Royaume Uni à vélo (oui, parce que le gros VTT c’est bien dans les Chilterns mais pas terrible sur le goudron!)