Sunset_3

Pour l’interview d’expat du mois de Mars, nous partons en Californie dans la ville de Santa Cruz. C’est Laura, expatriée sur place, qui nous raconte un peu sa vie sous le soleil californien! Si tu souhaites retrouver les anciennes interviews d’expat, n’hésite pas à faire un tour par ici!

1- Présente-toi/ton blog?

Bonjour ! Je m’appelle Laura et je tiens le blog Far West Coast depuis la Californie. J’ai ouvert mon blog en arrivant à Santa Cruz il y a deux ans. Au début, c’était principalement des photos illustrant la découverte de mon nouveau quotidien. Et rapidement, c’est devenu un carnet de route de mon expatriation, ma nouvelle vie, mes voyages.

2- Est-ce qu’il s’agit de ta première expatriation?

Oui, parce que je ne suis pas sûre que 3 mois à Berlin lorsque j’étais au lycée compte ! Je suis arrivée à Santa Cruz en Californie en suivant mon fraîchement mari qui a trouvé un post doc dans la région.

 

BigSur

3- A quoi ressemble la vie à Santa Cruz?

La vie à Santa Cruz est cool. C’est là tout l’esprit de la ville. Hippies, surfeurs, étudiants, salariés dans la Silicon Valley, Santa Cruz est une ville variée, qui tente à s’embourgeoiser doucement. Ses habitants aiment leur ville, favorise les produits locaux, ils sont fiers de vivre ici. L’importance du surf définit aussi une partie de son identité. C’est une ville de taille moyenne de la Californie du Nord. On vit calmement. C’est très agréable d’y vivre et la mer et la nature sont à deux pas.

4- Quels ont été les challenges auxquels tu as dû faire face en arrivant?

Parler anglais !

Je suis arrivée avec un anglais scolaire moyen. Anglais scolaire qui diffère d’ailleurs beaucoup de l’anglais parlé aux États-Unis et en Californie. Il a fallu se mettre dans le bain. Ici, tout le monde parle à tout le monde. Au supermarché, le caissier te fait la discute. Au café, le barista s’assure que tu passes une bonne journée. Même dans la rue, tu peux te retrouver à parler à un inconnu pour un rien. Si c’est parfois pénible, ça te force à être plus spontané dans tes discussions. Et parler anglais devient petit à petit un exercice moins périlleux.

Et puis, il y a certains détails du quotidien auxquels il a fallu s’adapter rapidement. L’exemple, sûrement le plus important est le hug. On ne fait pas la bise aux États-Unis. La question épineuse de savoir combien de bises on va claquer ne se pose pas. Ici, on hug. Littéralement, on câline. Dans les fait, c’est plus se prendre dans les bras, et se tapoter sur l’épaule. Et même si je le sais, il m’arrive parfois encore d’avoir un bug.

PalmierLune

 

5- Qu’est-ce que tu aimes/aimes moins dans ta nouvelle vie?

Les + : mon environnement, je vis à 500m de l’océan, et bien que je sois en ville, je suis entourée de nature. Je vis à côté d’endroits sublimes. Je suis à 1h30 de Big Sur. La Sierra Nevada et ses superbes paysages montagneux comme Yosemite ou Lake Tahoe ne sont qu’à quelques heure de route. Et les couchers du soleil. Ils sont toujours superbes, les couleurs hallucinantes.

J’adore le climat nord-californien : il ne fait jamais trop froid, jamais trop chaud. L’hiver est court et doux. Ne pas avoir 4 saisons marquées n’est absolument pas un problème pour moi !

Les – : la quasi-inexistence des transports en commun en Californie. Ils sont très bien à San Francisco (je parle de la grande ville californienne que je connais) mais au-delà, c’est compliqué. Je dépends du coup beaucoup de ma voiture. Je vivais à Paris avant et je n’avais jamais eu de voiture. Aujourd’hui, c’est inimaginable.

Je vais faire ma Française de base, mais certains produits alimentaires me manquent : des produits qui faisaient partie de mon quotidien en France, qui étaient un réflexe. Il s’agit bien sûr du pain et du fromage. Concernant la pain, on s’est mis à le faire. J’élève du levain dans mon frigo, et on aime beaucoup se faire un pain raisin/noix. Pour le fromage, c’est plus compliqué ! On en mange moins. Idem pour la charcuterie.

 

Sunset

6- Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui prépare une expatriation en Californie?

Si vous souhaitez le faire, jetez-vous à l’eau ! S’expatrier loin de son pays d’origine peut être parfois pesant. 9000 kilomètres, ce n’est pas la porte à côté ! Et les 9 heures de décalage horaires ne sont pas là pour faciliter les choses. Mais je sais que je suis privilégiée et j’essaie de profiter de cette expatriation un maximum. Enfin, la Californie est un très grand État. Aller s’installer à San Francisco ou à San Diego, dans les terres ou au bord de l’océan sera toujours une expérience différente. En fonction de votre emploi, votre style de vie et même de votre visa et celui qu’obtiendra votre conjoint, il faut bien se renseigner sur le lieu.

7- As-tu quelques conseils à partager pour faciliter son intégration sur place?

Me concernant, on avait une règle avec Charles quand on est arrivé : ne refuser aucune invitation. Que se soit boire un verre avec 10 inconnus, dîner à 17h, aller à un concert… Le but était de rencontrer des gens, que se soit des connaissances superficielles ou pas, de se familiariser avec les habitudes locales, et donc d’avoir plus de cartes en main pour s’intégrer plus aisément. Le plus évident pour rencontrer des gens est bien sûr le travail. C’est via le travail de Charles qu’on a rencontré le plus de nos amis ici, une rencontre en amenant souvent une autre, et ainsi de suite.

Les activités extra-professionnelles sont aussi une bonne manière de créer des liens. Enfin, on n’a pas d’enfants, mais connaissant quelques parents ici, c’est aussi une façon de rencontrer du monde.

Enfin, la frontière entre vie professionnelle et privée est parfois très fine aux États-Unis. Alors selon son caractère, on supportera plus ou moins bien les multiples barbecues dominicaux avec sa boss, ou les week-ends d’équipes, etc.

Sunset_3

 

8- Quelques bonnes adresses à partager sur place?

Je vais diviser cette question en deux lieux.

A Santa Cruz : un café au Verve, un brunch ou un lunch chez Assembly, une glace chez Penny Ice

Creamery, une bière au Lúpulo, une balade sur WestCliff pour profiter de l’océan, des surfeurs et des couchers du soleil. Et pour plus d’adresses, rendez-vous sur la page de mes bonnes adresses à Santa Cruz.

A San Francisco : un café au Four Barrel, un brunch au Bar Tartine, un tacos à La Taqueria, un cookie chez Hot Cookies, une bière au Vesuvio.

Et je m’arrête là, mais j’en ai encore plein sous le coude ! Vous pouvez en retrouver d’autres sur mon blog, ou dans mon guide sur San Francisco à paraître aux Éditions Nomades en mars.

vue sur San Francisco

 

9- Pour ceux qui ne connaîtraient pas, on trouve quoi sur ton blog ?

Far West Coast est un blog illustré voyage et lifestyle à l’américaine. C’est un blog très californien, avec une spécificité nord-californienne centrée sur Santa Cruz et San Francisco. J’essaie de voyager le plus possible aux États-Unis, et j’aime bien parler de différences culturelles. Je fais beaucoup de photos, et je m’en sers énormément, mes articles sont toujours très illustrés. D’ailleurs, je passe pas mal de temps sur Instagram !

 

YosemiteNP

10- Un truc à rajouter?

Oui ! Merci Lucie de me laisser la parole sur ton super blog !

Et toi ami lecteur, la Californie ou plus généralement les Etats Unis, ça te tente? J’avoue que le lifestyle de Laura me paraît pas mal du tout!