Screen Shot 2014-12-14 at 17.07.53

L’heure est à l’interview du mois. Ce mois-ci, nous faisons connaissance avec Tugdual (qu’il faut appeler Tug) qui est expatrié au Cambodge. Si vous voulez relire les interviews d’expats des mois précédent c’est ici!

1- Présente-toi/ton blog

 

Salut Lucie, et merci de m’accueillir par ici. Je m’appelle Tugdual, mais je préfère Tug, car c’est plus simple et ça m’évite d’avoir à expliquer l’histoire sur la complexité de mon prénom breton. J’ai 24 ans et je suis aux commandes d’un tout jeune blog : Visa Pour (http://www.visapour.fr). Visa Pour c’est mon univers, dans lequel j’aime écrire le plus simplement et le plus naturellement possible. Je ne sais toujours pas vraiment dans quelle case me ranger, mais c’est un trait de ma personnalité. Je suis resté bloqué dans l’adolescence et je vis dans cette sorte de bulle où les problèmes ne semblent pas vraiment exister. Certains diront que je manque un peu de maturité, ils ont surement raison. Je leur répondrai que je n’ai simplement pas de temps à perdre à m’ennuyer avec les difficultés du quotidien. Au lieu de ça, je préfère essayer de nouvelles choses, vivre de nouvelles expériences, en fonçant souvent tête baissée, sans trop me poser de questions. Je suis un véritable touche à tout et même si je me perds souvent en chemin, j’adore ça. Sur Visa Pour, je parle donc de voyages et d’expatriation, mais aussi de photos, le visuel étant mon moyen d’expression favori. Enfin, j’aime parfois toucher du doigt quelques concepts de vie qui me tiennent à cœur et qui, même si je les fais toujours passer à travers la thématique du voyage, s’adaptent à ma façon de voir la vie en général. Visa Pour c’est donc un peu de tout ça.

 

Screen Shot 2014-12-14 at 17.04.09

 

2- Depuis combien de temps es-tu expat’/par quels pays es-tu passé?

 

Je suis expat’ à plein temps depuis février 2014, date à laquelle j’ai rangé ma vie dans un sac de 25 kilos pour m’envoler vers le Cambodge à la suite d’une opportunité professionnelle. J’avais cependant déjà goûté aux joies de la vie à l’étranger auparavant puisque mes études m’avaient transporté sur différents continents. Une année Erasmus en Finlande, un premier stage très estival en Grèce puis une césure en entreprise en Nouvelle-Zélande au cours de mon master. Au final, avant le Cambodge, j’avais déjà passé près de deux ans et demi hors de nos frontières. J’ai cru, après avoir quitté la NZ et vécu la violence de ma période de réadaptation à la vie française, que cette partie de mon existence autour du monde était belle et bien terminée. Plus jamais, m’étais-je dis. Mais la soif d’aventure et de découverte m’a vite rattrapé pour me renvoyer vers l’inconnu.

 

3- Quelles ont été tes motivations pour partir à l’étranger?

 

La première : le travail. Je sortais de la vie étudiante avec un master qui n’était à mon sens pas celui dans lequel j’aurai dû me lancer. Mais vu l’investissement que j’y avais accordé, à 24 ans, je ne me voyais pas tout plaquer pour recommencer une autre formation à zéro. J’ai donc voulu faire des compromis. Et quitte à faire quelque chose que j’aime moyennement, autant le faire dans un endroit que j’aime bien. C’était ça le leitmotiv en début de course (pas le plus intelligent, on est d’accord).

Et puis, je me suis donné 3 mois pour réfléchir à ce que je voulais vraiment faire de ma vie, et comment je pourrai utiliser cette formation pour faire quelque chose qui au final me plaira. Juste après avoir reçu mon diplôme, j’ai acheté un billet d’avion avec mes économies plutôt que de chercher un travail. J’ai découvert une partie de l’Asie, dont le Cambodge. Quelques rencontres hasardeuses à Phnom Penh en fin de séjour ont fait que 2 semaines après mon retour en France, je signais un contrat pour revenir au Cambodge, en tant qu’expat’ cette fois-ci. Le comble ? J’aime mon nouveau travail !

En revanche, dire que le travail est la seule motivation qui m’ait poussée à me tourner vers l’étranger serait un mensonge. Depuis cette première expérience en Finlande, j’ai toujours voulu aller plus loin, plus longtemps. M’imprégner d’une culture, apprendre une nouvelle langue, me fondre dans la masse et devenir presque « invisible » aux yeux de la population du pays qui m’accueil. Vivre comme eux pour mieux comprendre ce qu’il se passe autour de moi et comment les choses peuvent être si différentes d’une région du monde à l’autre. Certains voyagent pour voir et découvrir le plus d’endroits possibles sur la planète. Moi, je m’expatrie pour vivre le plus de vies possible en une seule.

 

Screen Shot 2014-12-14 at 17.05.44

 

4- A quoi ressemble la vie là où tu habites en ce moment?

 

C’est ma première expérience de vie dans un pays en développement. Je pense que si je n’avais pas connu le Cambodge avant de me voir proposer cette offre d’emploi, j’aurai sûrement beaucoup plus hésité avant d’accepter. Le Srok, comme on peut le surnommer aussi, est un pays extrêmement pauvre, mais surtout extrêmement contrasté. Et la vie à Phnom Penh, la capitale, y est assez simple pour la plupart des expats’ soyons honnête. À la grande surprise de tous les nouveaux arrivants (dont moi à l’époque), on trouve tout à Phnom Penh. Cela peut paraître superficiel à première vue, mais je me suis posé toutes ces petites questions telles que, comment fonctionne internet, le wifi, l’électricité, l’eau, etc.

Et au final, je me suis vite rendu compte que les « sacrifices » à faire sont bien maigres en comparaison du niveau de vie que peut offrir une ville comme Phnom Penh à certains de ses habitants.

Le quotidien reste cependant très différent de ce que j’avais en France. Il y a une ambiance, des odeurs et des sensations qu’on ne retrouve qu’en Asie. Un climat particulièrement clément. Et une offre en terme d’activités et de divertissements, là encore, beaucoup plus importantes que ce que l’on peut imaginer lorsqu’on ne connait pas le pays ou même lorsqu’on le visite au cours d’un voyage pendant quelques jours.

Enfin, le coût de la vie, et le pouvoir d’achat que nous avons en tant qu’étranger, fait qu’il est très simple de s’en sortir avec peu. Mon salaire semble un peu faible comparé à ce que je pourrais recevoir pour le même job à Paris. Mais dans les faits, il me permet de faire plus et de mieux vivre qu’à Paris.

Passé le côté pratique, je vais maintenant vous parler un peu plus de la vie à Phnom Penh, en tant que telle. La capitale est petite, contrairement aux apparences. La ville est très étendue, mais l’essentiel de l’action se situe dans un périmètre restreint. Il faut savoir qu’au Cambodge, on travaille beaucoup. Il est courant de travailler 6 jours sur 7, et au moins 8 heures pas jour. Si vous êtes entrepreneur, ce qui est le cas pour de nombreuses personnes installées ici également, attendez-vous à devoir travailler encore plus, mais c’est une vérité qui semble s’appliquer partout dans le monde pour les créateurs d’entreprises.

Cela dit, travailler peut-être très motivant au Cambodge. Il y a une vraie énergie qui se dégage aussi bien chez les khmers que les étrangers. On ressent cette idée « d’il y a encore beaucoup à faire » et les possibilités de développement sont nombreuses. Même si je suis salarié, je trouve qu’en général on est vraiment poussé vers le haut et non l’inverse. Il y a des jours où j’ai envie de construire des montagnes, et je n’aurai jamais cru pouvoir penser cela dans ma vie, en parlant du « travail ». Pour autant, tout n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, il y a de nombreux pièges pour l’étranger qui veut s’installer et le Cambodge n’est pas cet Eldorado dans lequel on fait des merveilles d’un simple claquement de doigts.

 

Screen Shot 2014-12-14 at 17.06.52

 

Une expatriation au Cambodge se prépare en amont, car personne ne vous attendra les bras ouverts, et le pays compte déjà suffisamment de « canards boiteux occidentaux » qui s’imaginaient vivre d’amour (prostitution) et d’eau fraîche (alcool) dans une société décomplexée. Non, il faudra apporter une plus-value au pays, sinon vous ne serez rien que l’ombre de vous-même.

En dehors de la vie pro, il est très facile de passer son cerveau en « off » pour profiter de la ville et de ces activités. Découvrir les bars branchés un soir, puis profiter de l’ambiance locale dans un petit restaurant de rue sur un trottoir l’autre soir. Visiter une galerie puis se promener sur un marcher local. Le fait de vivre dans un pays si contrasté, fait que les expériences que vous allez y vivre y sont elles aussi très variées. On s’amuse à jongler entre les deux et on y trouve vite son équilibre personnel.

 

5- As-tu rencontré des difficultés au début de ton expatriation? Lesquelles?

 

En toute honnêteté, non pas vraiment. Même en y réfléchissant, les seules vraies difficultés sont (parfois) la communication avec les locaux qui ne parlent que le khmer. Ce qui en soit, ne sont pas véritablement des problèmes.

Pour l’installation, tout est facile. Trouver un appartement est un milliard de fois plus simple qu’à Paris.

Idem pour avoir son téléphone ou internet, pas besoin de s’engager dans des contrats et installations hors de prix. Bref, tout ces petites tâches administratives sans fin lorsque l’on s’installe quelque part en France, n’existent pas vraiment ici.

L’adaptation elle, pourra varier d’une personne à l’autre. Mais en générale avec Phnom Penh il y a peu
de juste milieu : vous aimez, ou pas. Il faut supporter la chaleur, l’humidité, la saleté, le bruit, la nourriture, les services en générale qui sont beaucoup moins développés qu’en France, etc. À titre d’exemple, ne
comptez pas sur un réseau de transports en commun (il n’existe pas) et pensez à être bien couvert en
cas d’accident ou maladie. Vous ne souhaitez pas vous retrouver dans n’importe quel hôpital en cas de
pépin, croyez-moi. Si vous êtes prêts à accepter ces conditions, alors oui, vous devriez vous en sortir parfaitement bien. Car au delà de ça, il y a tout le reste à découvrir. La douceur de vivre, la chaleur, la gentillesse des khmers, …

 

6- Quels conseils donnerais-tu à un futur expat’ (spécifique à la destination ou pas)

 

Très bonne question. Je sais que lorsqu’on m’écoute parler du Cambodge, on peut avoir l’impression que tout y est parfait, mais il y a aussi beaucoup de concessions à faire au cours d’une expatriation. La France est un pays fantastique, le Cambodge aussi, mais c’est le jour et la nuit. Et je pense que ce conseil s’applique pour n’importe quelle expatriation : ne fuyez pas votre pays. Ça ne sert à rien et ça ne fonctionne pas en plus. Partez parce-que vous avez envie de découvrir quelque chose de différent. Une fois que vous êtes sur place, n’essayez pas de retrouver votre petit cocon comme dans votre pays d’origine (oui c’est contradictoire, mais le nombre de gens qui fuient la France car ils la « détestent » et se recréent un nouvelle France -exactement la même- à l’autre bout du monde pourrait vous surprendre).

Il faut donc se poser les bonnes questions avant de se lancer. Pourquoi on tente l’expatriation, quelles sont vos motivations ? Pour combien de temps ? Et après ?

Une expatriation n’est pas une décision à prendre sur un coup de tête, surtout si vous vous engagez dans la durée. Si vous n’avez aucune obligation, le risque est moindre car vous pourrez toujours revenir en arrière si ça ne fonctionne pas.

 

Screen Shot 2014-12-14 at 17.07.53

 

7- As-tu quelques bonnes adresses/bons plans à partager sur Phnom Penh?

 

Un tas, même s’il m’en reste beaucoup à découvrir ! Mais il va être compliqué de toutes les lister ici.

Si vous voyagez dans la capitale pendant quelques jours, gardez une journée pour vous éloigner de l’agitation urbaine et partez explorer l’île de Koh Sdach en vélo. Un voyage dans le temps qui ravira toutes les tranches d’âge à coup sûr.

Pour dîner/déjeuner, il est de ces endroits que l’on ne peut manquer sous aucun prétexte lorsque l’on passe à Phnom Penh. Parmi eux, le barbecue Sovanna sur la rue 21 non loin du monument de l’Indépendance fait légion. Ambiance locale, carte très fournie à des prix on ne peut plus abordables pour la quantité de nourriture que l’on peut s’offrir. Au Cambodge on partage, donc n’imaginez pas commander votre propre assiette, ici tout arrive en même temps sur la table.

À côté, pour un dîner romantique et des saveurs purement locales, je conseille le Malis. Le restaurant gastronomique de la ville dédiée à la cuisine khmère uniquement. On s’en sort pour 25/30 dollars par personne avec boissons. Pensez à réserver le soir.

Pour continuer la soirée, un verre sur la terrasse de la Phnom Penh Tower, l’un des buildings les plus hauts de la ville, est toujours un moment très agréable, surtout pour la vue. Pour les plus fêtards, on continuera sur la rue 51 où l’on trouve de tout pour tout le monde en terme d’ambiances et de musiques.

Le lendemain matin, ne ratez pas le lever du soleil sur les quais ou au stade olympique pour voir la ville s’éveiller et pratiquer sa gym quotidienne.

 

8- Rencontrer du monde sur place: facile ou difficile? Des conseils?

 

Oui et non. En soit, ce n’est pas vraiment difficile. Après tout dépend de quel type de « rencontres » l’on souhaite faire. Se faire des amis expats’ est un jeu d’enfants. Se faire des amis khmers qui parlent anglais est également très simple. Se faire des amis khmers qui ne parlent pas ou moyennement l’anglais est tout de suite beaucoup plus compliqué, et l’on comprend tous pourquoi.Phnom Penh reste une ville à taille humaine et vous recroiserez vite les mêmes personnes lors de vos sorties.

 

Screen Shot 2014-12-14 at 17.09.08

 

9- Penses-tu revenir en France un jour?

 

Ah ! Très bonne question. Pour être honnête, je ne sais pas. Rien n’est exclu. Je profite du moment présent et pour le moment je me sens bien ici. Cela dit, je pense que la vie est faites d’imprévus et je serai bien le premier surpris de découvrir où je pourrais me retrouver dans une dizaine d’années.

Advienne que pourra.

 

10- Quelque chose à rajouter?

 

Merci de m’avoir donné la parole, j’espère vous avoir donné une vision positive de ce pays qu’on connaît peu en dehors de ses incroyables temples. Et si un jour tu viens dans cette partie du monde, n’hésite pas à me le faire savoir. À bientôt !

Merci beaucoup à Tug d’avoir pris le temps de répondre à mes questions et de nous avoir parlé de son expatriation. Vous pouvez retrouver les interviews des mois précédents sur cette page. Et toi ami lecteur, ça te tente l’expatriation au Cambodge?