lesacados-blog-voyage-home

Coucou ami lecteur, aujourd’hui nous avons un invité! Tu connais peut-être Ryan du blog Le Sac à Dos? Quelque soit la réponse, je t’invite à le connaître mieux en lisant son interview! Enjoy!

 

 

1- Tout d’abord, pour ceux qui ne connaîtraient pas ton blog, présente-toi?

Salut Lucie,

C’est toujours difficile ce genre de questions, mais je vais aller au plus simple !

Je m’appelle Ryan, j’ai 24 ans et je voyage autour du monde depuis 2008 maintenant! Voyager m’a toujours attiré, depuis tout jeune, mais les études ainsi que le manque d’argent ont été un frein pour me lancer.

Tout changea lors d’un voyage en 2008 à Hanoï. Durant cette escapade de 14 jours dans la capitale vietnamienne, j’ai pu croiser la route de fabuleuses personnes qui m’ont ouvert les yeux sur pas mal de choses, dont le fait que je créais mes propres limites. Ce voyage devait durer 14 jours, dura au final plus de quatre mois.

Depuis, je voyage continuellement un peu partout dans le monde.

J’ai créé, en février 2012, le blog voyage Le sac à dos. Ce blog a pour vocation de partager mes récits de voyages, mes conseils et mes pensées, pour inspirer ceux qui souhaitent partir, à prendre leur envol. J’ai souhaité créer ce blog pour aider comme ont pu m’aider tous ces voyageurs lors de mon premier périple, en leur montrant qu’il est possible de voyager de manière permanente sans forcément avoir un gros compte en banque.

 

2- Comment t’es venue cette envie de voyager, tu parles d’un séjour au Vietnam sur ton blog, ce séjour a été déterminant apparemment. Qu’est-ce qui a fait que tu as continué au lieu de rentrer (avec 200 euros seulement sur ton compte!)?

Mince, j’ai un peu “spoilé” ta question dans la réponse d’avant !

Donc oui effectivement, ça étonne toujours beaucoup de monde quand je parle de ce moment de ma vie. En fait, juste après ma première année universitaire, en 2008, j’ai décidé de partir deux semaines au Vietnam pour me changer les idées. C’était la première fois que je partais aussi loin. Je n’étais jamais vraiment sorti de l’Europe, mis à part quelques voyages en Afrique.

Durant ce petit voyage de quelques jours, où je ne reste qu’à Hanoï, je croise la route de beaucoup de voyageurs dont celle d’Alex. La rencontre avec ce globetrotter fut d’ailleurs très étonnante, il m’a permis d’éviter de me faire arnaquer! C’est en sortant d’un bus un beau jour, qu’un chauffeur me demande de payer une “taxe”. Devant mon refus de payer la somme qu’il demande, il me menace d’appeler la police. Finalement j’étais sur le point de payer quand Alex, qui était dans le bus à ce moment-là, me dit de ne surtout pas le faire, car c’était une arnaque. A la suite de cette altercation, j’ai passé la journée à visiter des temples voisins avec ce globetrotter. J’apprends qu’il voyage à travers le monde depuis plus de cinq ans.

J’enviais beaucoup son style de vie. Lors d’une discussion il me fait prendre conscience de plusieurs choses dont le fait que je créais mes propres limites. Je me souviendrais toujours de cette phrase qui fut un déclic pour moi : “you are what you say” (tu es ce que tu dis). J’apprends aussi qu’on n’a pas forcément besoin d’un compte en banque bien rempli pour voyager comme on le souhaite.

Deux jours plus tard, hasard ou destin, le taxi qui me mène vers l’aéroport pour rentrer en France se retrouve bloqué dans les embouteillages. Je manque évidemment mon vol.

A partir de là deux choix se sont offerts à moi. Rentrer ou rester.

Mon voyage devait durer deux semaines, mais je ne suis rentré chez moi que quatre mois plus tard. Durant ces 4 mois, je voyage à travers le Vietnam, le Laos et la Thaïlande allant toujours de l’avant, voulant toujours voir ce qui se passe plus loin, refusant de revenir sur mes pas.

Bien sûr tout n’a pas toujours été très rose, j’ai eu pas mal de petits tracas dû au fait de ne pas avoir préparé ce voyage. J’ai donc été obligé d’élargir mon esprit et mon regard encore plus, afin de rechercher toutes les opportunités qui pourraient me permettre de continuer mon voyage. Au final beaucoup d’occasions se sont offertes à moi comme par exemple à Bangkok où j’ai été guide touristique assistant grâce à une amie. J’aidais à diriger des groupes de personnes sur 3 jours de treks dans la jungle !

J’ai eu beaucoup d’autres opportunités, il m’a seulement suffi d’ouvrir les yeux et de poser des questions.

En tout cas de retour à Paris j’ai su qu’il me serait impossible de revenir à ma vie d’avant. J’ai attrapé cette maladie du voyage. Cette soif de découverte, de voyages et de rencontres.

 

 

3- Quel est ton/quels sont tes meilleurs souvenirs de voyage, ou d’expatriation vu que tu fais un peu des deux!

Tu me poses une colle ! J’ai vraiment beaucoup de bons souvenirs. Mais de manière générale les meilleurs sont ceux auxquels on ne s’attend pas.

Si je devais en citer un je parlerais de cette expérience dans un temple bouddhiste en Thaïlande. A la base, je ne recherchais qu’un simple bon plan pour être nourri blanchi logé. Au final cette expérience m’a marqué à un tel point qu’elle m’influe encore maintenant sur mon style de vie. Je parle plus en détail de ce souvenir dans un de mes articles. (L’article se trouve ici)

 

4- Tu as été expat et voyageur, d’après ton expérience personnelle, quels sont les avantages et inconvénients de chaque situation?

En effet j’ai été expat à Londres pendant plus de 6 mois en 2009/2010 et c’est très différent dans les deux cas. L’expatriation est à mon avis le meilleur moyen de s’immerger dans une autre culture et une autre langue. En tant qu’expatrié on a l’occasion de découvrir et de vivre une vie “à la locale”. On a donc tendance à voir aussi bien les bons côtés que les mauvais de la ville, ce qui est une bonne chose pour avoir une vue d’ensemble de la vie à cet endroit. De plus être expatrié veut dire rencontrer de nouvelles personnes et se faire des amis “locaux”. Ce qui est excellent si on souhaite améliorer ou apprendre la langue parlée du pays.

L’inconvénient c’est qu’il faut généralement avoir une situation financière stable derrière pour assurer le coût de la vie. Au final on ne profite parfois pas autant qu’on ne l’imaginait. Après, tout dépend dans quel secteur on travaille.

En voyage c’est un peu l’inverse. On a la plupart du temps l’argent qui permet de profiter pleinement du voyage et d’un endroit. Ce qui est formidable en soit. Cependant, n’avoir que de bons souvenirs ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble du pays ou de la ville qu’on visite. Mais peut être que le voyage c’est ça après tout : vivre dans un sentiment perpétuel de nouveauté et de changement, ne laissant pas le temps à la routine et à l’habitude de s’installer.

 

5- Quelle a été ton expérience la plus marquante? (positive ou négative)

Ma réponse peut sembler assez clichée, mais pour moi il n’y a pas d’expérience négative. Toutes les expériences sont bonnes à prendre car chacune d’entre elles m’a permis d’en ressortir toujours plus grandi. L’une des expériences la plus marquante fut au brésil. J’ai été invité à Rio par un ami, Pedro, que j’avais hébergé, quand je vivais encore  à La Rochelle. Pedro me montra la magnifique ville de Rio d’un point de vue local, je visitais aussi bien les favelas que les quartiers chics de la ville. Ce contraste entre ces deux mondes me surprend encore aujourd’hui.

Mais surtout si j’étais à Rio, c’était pour le surf, l’une de mes plus grandes passions !

Après avoir passé 15 jours chez Pedro je décide d’utiliser les 2 semaines restantes pour voyager un peu partout au brésil, faire quelques villes. C’est donc avec confiance que je quitte Rio pour explorer une partie du pays. Malgré que Pedro me l’ai déconseillé, je voyage de ville en ville à l’aide de bus locaux. Ce type de bus est toujours bondé de monde mais est très bon marché. De plus les lignes permettent de rejoindre des villes situées à plus de 300 kilomètres parfois.

Voulant économiser sur mes nuits d’hôtels, je préférais voyager la nuit. Un soir, je m’endors dans le bus durant un long trajet, écouteurs aux oreilles. Quand, vers 2 heures du matin, je me réveille avec un couteau sous la gorge. Un type avait dû me repérer avec mes écouteurs et devait attendre que le bus se vide pour me piller. Il me prit tout ce que j’avais sur moi, mon portefeuille, mon portable, mon ipod, et les quelques billets que j’avais. Heureusement la plus part de mes affaires étaient dans la soute.

Je t’avoue que sur le moment j’ai pas mal flippé, mais j’ai gardé mon calme et lui ait filé tout ce que j’avais. Ce fut un peu la galère les jours qui ont suivi.

Mais au final cette personne m’a rendu un  énorme service… Je me suis rendu compte pendant la suite du voyage que sans musique, j’étais beaucoup plus attentif à ce qui se passait autour de moi. J’ai pu prendre conscience de l’ambiance sonore que dégageait  chaque ville de ce pays que j’ai pu visiter par la suite. Des rires, de la musique salsa à chaque coin de rue, des supporters criant victoire à un match de foot. Cette expérience, qui peut sembler négative m’a fait prendre conscience que vivre un voyage n’est pas seulement visuel, mais est aussi sonore !

Grace à ça je fus beaucoup plus propice aux rencontres et à aller vers les autres car n’étais plus prisonnier de ma musique. Bien évidement c’est toujours agréable d’écouter sa musique et ses podcasts pendant un trajet, et il m’arrive toujours de le faire. Mais plus du tout comme avant.

6- Tu as pour projet d’être perpétuellement sur la route, comment comptes-tu t’organiser? (Expatriation de quelques mois par ci-par là, travailler à distance, jobs dans différents pays…)

Oui effectivement, mon souhait pour le moment est de continuer de voyager, de découvrir,  de rencontrer et de partager (à l’aide du blog de voyage). Je compte repartir vers août/septembre. Je souhaite d’abord vivre quelques mois en Ukraine ou en Russie pour pouvoir améliorer mon Russe. Je commence d’ailleurs à me renseigner sur les différentes possibilités. Collocation ou location. Par la suite je voyagerai vers l’Asie avant de rejoindre l’Océanie et les Amériques.

Niveau financement je compte mettre un peu d’argent de côté pour les premiers mois, ensuite l’idée est de travailler en freelance dans mon domaine. Je design et développe des applications iphone et des sites internet pour des clients en France, ce qui me permet de travailler de n’importe où dans le monde. Mais pour te dire la vérité, je préfère 100 fois plus travailler dans une boutique ou un restaurant plutôt que de rester cloitrer chez moi quelques jours à développer des sites internet.

Mon blog pourrait être une source de revenus en plus, d’ailleurs je travaille en ce moment sur un projet vraiment sympa pour mes lecteurs.

 

blog-voyage-lesacados (2)

 

7- Quelles sont tes attentes quand tu voyages? (pourquoi voyages-tu dans un sens)

En fait, la seule attente que je recherche quand je voyage c’est celle de vivre des choses auxquelles je ne m’y attendais pas ! Je trouve tellement plus excitant d’aller quelques part sans préméditer et de laisser son voyage se créer au gré des envies et des rencontres. Si j’ai décidé de voyager, c’est justement pour quitter les chemins tous tracés et les projections d’autrui. Je ne veux pas que mes voyages soient prédéfinis, je préfère sacrifier un certain confort et rendre les choses moins “sûres”.

Je ne sais pas si je voyagerais comme ça toute ma vie, mais pour l’heure je ne suis alimenté que par cette soif de découverte et de surprise.

8- Quelles sont tes prochaines destinations?

Si je devais te définir un trajet je pense qu’après la Russie ou l’Ukraine, je rejoindrais la Mongolie (j’aimerai traverser la Mongolie en moto),j’aimerais pouvoir faire un détour par le Népal et l’Inde. Après ça, je pense descendre plus au sud de l’Asie avant de continuer vers l’Indonésie, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Ensuite ce sera les Amériques.

Mais sincèrement je ne pense pas que cela se passera comme ça car je te l’ai dit je ne planifie jamais. Je préfère laisser le voyage se construire au gré de l’envie et des rencontres.

 

9 – Quelque chose à ajouter?

Comme je le dis sur mon blog, les meilleures choses dans la vie sont gratuites. Ce qui compte le plus, ce sont les gens que vous rencontrez sur votre route, les amis que vous vous faîtes, l’expérience acquise, les endroits visités, les sons, les goûts et les odeurs que vous apprendrez à reconnaître. Vivre un voyage, c’est tout ça.

Et n’oubliez pas une chose, les seules limites que vous avez, sont celles que vous vous imposez: « You are what you say »

Ami lecteur, j’imagine que tu as déjà ouvert une nouvelle fenêtre sur ton browser pour lire le blog de voyage de Ryan, tu remarqueras que Ryan a écrit un e-book pour aider les voyageurs à parcourir le monde. Tu y trouves de tout: de comment faire son sac aux conseils spécialisés pour les filles! Je te recommande de télécharger cet e-book, il est vraiment intéressant et tu apprendras sûrement des choses utiles!

Si tu as des questions pour Ryan, laisse un commentaire il passera dans le coin pour y répondre! 😉