Payer son loyer moitié prix à Londres : comment faire?

Il existe effectivement un système qui permet de payer son loyer moitié prix à Londres, c’est légal et ce n’est pas un secret, cependant ce n’est pas un système très répandu. Sûrement car cela requiert de faire des sacrifices sur le confort. Je peux t’en parler parce que j’ai habité dans l’un de ces logements pendant 1 an et quelques. Je payais 200 livres par mois tout inclut. Et pas de Council Tax (équivalent de la taxe d’habitation). Ce système c’est d’être live-in guardian.

Qu’est-ce qu’un live-In Guardian?

A Londres, beaucoup de propriétés sont à l’abandon: en cessation d’activité, attendant une rénovation, pas aux normes…bref, on ne peut plus l’utiliser pour son commerce/activité. Afin d’éviter que ces propriétés soient squattées, on propose aux gens de venir habiter dedans et de payer un prix dérisoire.

Un accord gagnant-gagnant en quelque sorte: le gardien paient la moitié de ce qu’il paierait en temps normal et le propriétaire sait que son bien sera maintenu en état. Il y a d’ailleurs un contrat entre les deux parties expliquant notamment que la durée du préavis est de 2 semaines pour le gardien (s’il veut partir) et d’un mois pour le propriétaire s’il veut reprendre son bien. Note: en théorie, c’est deux semaines, dans la pratique on essaie de vous donner plus de temps. Ce système est donc strictement encadré et les propriétés doivent être un minimum habitables. Par exemple, j’ai habité dans un ancien hôpital à l’époque et l’une des chambres était vraiment trop humide (avec de la moisissure partout sur les murs donc ils ne la louaient pas).

Etre live-in guardian, ce n’est pas seulement payer un loyer dérisoire, c’est aussi avoir des responsabilités et accepter certains compromis notamment les inspections régulières des propriétés.


Life of a live-In Guardian: ce qu’on en dit

Si tu as lu quelques articles sur le sujet tu as pu entendre dire que c’est un système parfait car on économise beaucoup et très vite sur le loyer. Ce qui est vrai. Tu as pu également lire que l’on peut trouver des propriétés (de jolies maisons sur les photos!) en zone 1 ou 2 pour £200, c’est moyennement vrai, les prix tournent plutôt autour de £360 mais tu me diras pour habiter en zone 1 ou 2 c’est tout à fait raisonnable.

J’ai remarqué quelque chose en lisant ces articles: aucun des intervenants n’a habité dans ce type de logement. Il y a parfois eu des interviews de personnes ayant habité dans ce type de logement mais à mon avis pas dans la même dimension que moi !

Certes on économise beaucoup sur le loyer ce qui est appréciable lorsque l’on a besoin d’économies pour réaliser un projet mais il faut quand même faire quelques sacrifices .


Being a live-in Guardian: la (ma) vérité

Là, je vais te parler de mon expérience qui est assez similaire de celle des autres avec qui j’ai pu discuter.

Quand on te parle de “propriétés”, on ne parle pas de maison, ou très rarement. J’ai été live-in gardian dans deux “maisons”: une ancienne care house à Tooting Bec (le quartier avec tout plein de restos indiens qui est apparemment devenu assez trendy dernièrement), pour être honnête avec toi ami lecteur il s’agissait d’une ancienne mental care house. Quand j’ai donné cette adresse à ma banque et qu’on ma demandé de confirmer qu’il s’agissait bien de l’hôpital psychiatrique de Tooting… je me suis sentie obligée de me justifier tout d’un coup. La seconde propriété était un ancien centre de formation à Morden, l’avantage c’est que les pièces étaient très grandes dans cette seconde propriété.

Le matériel à disposition

Maintenant réfléchissons un peu, habiter dans un ancien hôpital à certains avantages: tu as des salles de bain partout, une grande cuisine, un jardin immense MAIS de petites chambres. De plus, tu te retrouves avec beaucoup de colocataires, nous étions 15 pour te donner une idée.

Nous étions bien loin des soirées au coin de la cheminée à chanter God Save the Queen tous en coeur. 15 personnes, dont 2 seulement ont entendu parler de ces mots-clés: ménage, vaisselle, tapage nocturne, produits d’entretien…C’est dur à vivre par moment, crois-moi. Mais quand tu as un projet en tête et besoin d’économiser tu supportes cela.

Dans la deuxième propriété, même problème: vu que ce sont des bâtiments que l’on doit juste maintenir en état, les gens estiment qu’il n’y a pas besoin de nettoyer. Ou alors, mes colocataires ont une tolérance incroyable à la crasse (et je crois que c’était le cas).

En revanche habiter dans un ancien centre de formation (ou dans de vieux bureaux comme c’est souvent le cas parmi les propriétés proposées) cela représente un inconvénient majeur: pas de salle de bain digne de ce nom, ni de cuisine. Pour ce qui est de la salle de bain, en général, le propriétaire aura aménagé des douches dans les toilettes. Normal, il y a une arrivée d’eau. Donc pendant que tu prends ta douche, tu entends les autres qui vont aux toilettes. Pour ce qui est de la cuisine, ne t’attends pas à ce qu’elle soit aménagée. En général, il y a un point d’eau et c’est tout. Aux locataires d’amener leur four, plaques électriques…

L’autre problème, c’est que ces chambres ne sont pas meublée, tu dois donc acheter le minimum pour pouvoir dormir et cuisiner. Heureusement, il y a énormément de magasins d’objets d’occasion à Londres. Nous avions par exemple trouvé un canapé pour £50 et un frigo pour £80. Pour le reste, Amazon!


Les obligations du live-in guardian

Effectivement il y a des obligations:

  • tenir son espace propre: des contrôles surprises ont lieu, l’organisme qui gère la propriété a la clé de ton logement et se réserve le droit d’y pénétrer à n’importe quel moment. (genre tu es en train de t’habiller et tu te retrouves à moitié nu face à l’équipe de contrôle, la classe!)
  • ne pas inviter plus d’une personne à la fois la nuit et prévenir l’organisme à l’avance
  • tenir les parties communes propres. Ca a été un problème lors de mes deux expériences de livin-in guardian car cela devient vite frustrant d’être parmi les seules personnes à faire le ménage
  • préavis court et impossible de changer de propriété si tu en as vu une autres qui te conviendraient mieux
  • quand tu as signé avec un des organismes, tu ne peux pas postuler pour une chambre dans un autre
  • pas de fêtes, pas le droit de fumer, pas le droit d’avoir des animaux (même un hamster qui ne prend pas de place!), pas de bougies…


Pour conclure, certes tu ne paies pas cher “en argent” mais il faut être honnête ton niveau de vie n’est pas si “amazing” que ça.

Forcément quand on interview des gens qui vivent dans des appartements vacants à South Kensington la réponse n’est pas la même que quand on interroge les autres qui vivent dans des vieux hôpitaux comme j’ai pu le faire. Mais il faut savoir que l’on prend les propriétés qui sont disponibles au moment où l’on fait les recherches. Il m’est arrivé plusieurs fois de tomber sur de belles propriétés (enfin sur le papier) mais sans pouvoir y déménager.

Il faut bien garder en tête que quand on paie aussi peu cher il y a une contre-partie. A mon avis, à moins que tu sois du côté de ceux qui aiment vivre dans la saleté, tu ne supporteras pas ce mode de vie bien longtemps. Mais bon, quand on a un projet précis en tête on fait des sacrifices!

Avantages et inconvénients de ce système


Avantages

  • loyers très peu cher
  • il y a un minimum de sécurité grâce au contrat
  • en général les logements sont habités par une dizaine de locataires, donc on rencontre pas mal de monde
  • certains logements peuvent être très, très bien situés (Tottenham Court Road, Bloomsbury…)
  • possibilité d’économiser beaucoup et très vite


Inconvénients

  • préavis de deux semaines seulement
  • certaines personnes n’ont aucune notion d’hygiène
  • ni aucun notion du respect de la vie en communauté (genre piquer sa nourriture dans le frigo au mec qui bosse de nuit, c’est pas cool!)
  • quand il y a besoin de travaux…il ne faut pas être pressé
  • système d’amendes en cas de non-respect des “règles de sécurité”. Exemple? On s’est pris une amende pour avoir fait griller un toast…£50. Ca fait cher le toast quand même.
  • visites de contrôle impromptues: on peut rentrer dans ta chambre à n’importe quel moment pour un contrôle. Normalement ils sont censés frapper avant d’entrer, mais ce n’est pas toujours le cas, dixit ma colocataire qui s’est faite dérangé en pleine épilation.



Et toi ami lecteur, tu connaissais ce système ? Tu as déjà testé ? Serais-tu prêt à ces sacrifices pour économiser pour un projet précis?


article mis à jour le 18 décembre 2016

Comments
26 Responses to “Payer son loyer moitié prix à Londres : comment faire?”
  1. Petitgris says:

    Ton billet a l’honnêteté de remettre les pendules à l’heure. Ce genre de location au prix attractif a des contreparties souvent pénibles à supporter. C’est à nous de savoir si 1) nous sommes capables de les subir et 2) si le jeu en vaut la chandelle, car il faut parfois savoir se sacrifier un peu pour avoir une vie meilleure ensuite . Bravo pour ton analyse de situation Bises

    • Lucie says:

      Nous avions fait ce choix à l’époque pour économiser vite, mais ça a été une année assez difficile au niveau des conditions de vie. Les colocs étaient très sympas mais franchement pas propres 🙂 Quand tu dois récurer la cuisine tous les soirs avant de cuisiner c’est épuisant (pareil pour la salle de bain!). J’ai vu pas mal d’article qui disaient que c’était super ce système. Je ne dirai pas super amis efficace quand on a un projet spécifique en tête, sinon il faut mieux rester dans une colocation normale. Je n’ai pas précisé que le fait de ne pas avoir de cuisine potable entraîne une hausse du budget nourriture 😉 bises

  2. Je ne connaissais pas ce système et quand j’ai commencé à voyager à 20 ans, peut-être que ça ne m’aurait pas dérangé. On dirait qu’en vieillissant on recherche plus de confort, mais en tout cas, c’est vrai que c’est bien pour économiser de l’argent !

    • Lucie says:

      Tu sais que quand j’en ai entendu parler la première fois je me suis dit que c’était génial! Après avoir vécut quelques mois dedans, j’en avais marre. Ca allait parce que l’idée c’était de partir en Australie et qu’il fallait pas mal d’économies pour le faire mais là, je ne crois pas que je pourrais le refaire. Mentalement je ne sais pas si je tiendrai le coup, tu n’as pas idée du niveau de “je m’en foutisme” de certaines personnes qui vivent dans ces logements, c’est choquant! Dans la dernière propriété, un des colocs à mis un plat en plastique dans le four, il est partit se coucher et évidemment ça commençait à brûler. Je suis habituellement très calme mais là je l’ai incendié comme jamais…il comprenait pas le problème. Genre se coucher quand on met un truc au four c’est bête, mais quand ça entraîne un incendie potentiel dans une maison où 15 personnes vivent, c’est du crime 🙂

  3. C’est genre un squat de luxe en fait, compréhensible si tu veux mettre de l’argent de côté, mais sinon…

    • Lucie says:

      Même pas de luxe, je crois que la seule différence par rapport à un squat c’est qu’on avait un contrat de location 🙂

      J’ai vu des articles qui présentaient ça “comme une super aventure humaine, un truc génial qui en plus te permet d’économiser vite”. Je suis d’accord pour la partie “économiser rapidement” mais pour l’aventure humaine on repassera! 😉

      Ca te fais apprécié ton logement en colocation hors de prix ce genre d’expérience, c’est déjà ça!

  4. Lisa says:

    Je ne connaissais pas ce système, qui m’a l’air très éprouvant. Mauvais tour de la vie ou symptôme commun aux résidences du genre ?
    Tes colocataires venaient d’autres pays, par curiosité ?
    Un système similaire pour Paris serait pas un mal pour accueillir tous ces étudiants, étrangers ou provinciaux, qui galèrent pour s’installer dans la capitale et y travailler.

    • Lucie says:

      Disons que si c’est temporaire parce qu’on a un projet précis en tête c’est faisable. Après je sais que beaucoup de gens qui vivent là-dedans n’ont tout simplement pas les moyens de payer une caution et un loyer normal. C’est triste quand même.
      Mes locataires étaient tous anglais, il y avait aussi une autre française.
      Il y a la même chose à Paris en fait, je sais qu’ils voulaient faire un reportage dessus à la télé en France en janvier ou février cette année. Une journaliste m’avait demandé de présenter ma chambre, j’en ai parlé un peu mais montrer non merci 🙂 Je ne sais pas si c’est passé à la télé ou pas au final. A cette époque j’étais focalisée sur l’Australie donc je n’ai pas suivi.

  5. ça a l’air vraiment restrictif tout ça!

    Après lorsque tu vois le prix, il faut sacrifier d’autres choses à priori, et la c’est le confort!

    • Lucie says:

      Tout à fait d’accord. J’ai trouvé ça choquant que des journaux présentent ça comme une super moyen de vivre ensemble à pas cher dans des propriétés de luxe 🙂 c’est pas ça du tout, c’est pas cher, c’est super quand tu veux économiser vite mais c’est tout. On pourrait presque écrire un bouquin sur la vie dans ce genre de propriété tellement la situation est ridicule parfois 🙂

  6. Mélissa says:

    Plus le groupe de co-locataire est grand, plus il y a de chances que ça foire, remarque! Avec15 coloc’, ça crée de belles possibilités de frictions et aussi d’avoir de personnes qui ne se comportent pas comme il le faudrait. .

    J’en ai aussi entendu parler dans un journal et ça existe à Bruxelles mais je dois encore rencontrer qualqu’un qui l’a fait!

    • Lucie says:

      Je l’ai fait à Londres 😉 Jusque là j’avais toujours été en coloc avec maximum 3 autres personnes, là 15 c’est trop! Je suis quelqu’un de très calme et posée mais certains ont réussi à me rendre dingue 🙂

  7. Lucie says:

    Moi ce qui m’embêterait le plus c’est le coup des visiteurs… après pour économiser c’est super! Et pus franchement la saleté, pas avoir le droit d’avoir des animaux… c’est assez fréquent dans les colocs londoniennes finalement!

    • Lucie says:

      Le coup des visiteurs, ça peut s’arranger il faut juste penser à prévenir en avance. Mais ça veut aussi dire que les invités de dernière minute c’est pas la peine d’y penser. Pour les animaux c’est vrai que c’est pareil partout. Dans ta coloc tu n’y a pas droit non plus j’imagine? Là on a un studio privé mais on ne peut pas avoir d’animaux non plus 🙁 Un poisson peut-être…

  8. romilly84 says:

    Je n’avais jamais entendu parler de ce concept, c’est bon à savoir au cas où, mais en attendant je vais me contenter de ma coloc en zone 3 à £410 par mois 🙂
    Super blog, en passant!

  9. Ici says:

    Pourquoi pas mais effectivement il y’a pas mal de contraintes …

  10. oh merci beaucoup j’ai beaucoup aime tes articles. et je trouve celui ci tres interessant!!!!

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Le gardiennage L’un des moyens les moins coûteux pour se loger à Londres, c’est le gardiennage. A Londres, on trouve beaucoup de bâtiments non utilisés. Ces bâtiments sont souvent sous loués à des gens afin d’éviter les squatteurs. L’avantage c’est que le logement n’est vraiment pas cher. On peut se loger pour £300 et quelque en plein centre-ville. Quelques inconvénients: pas bien équipé, peu de places disponibles, pas toujours très propre, beaucoup de colocataires. L’avantage c’est le prix quoi. J’en avais parlé un peu sur cet article. […]

  2. […] pour ceux qui veulent du pas cher du tout, il y a toujours la possibilité de devenir gardien. Mais pour avoir testé ce système, je peux vous dire qu’il faut uniquement le faire pour […]

  3. […] J’ai aussi testé être “live-in guardian” et je t’en ai parlé dans cet article. Maintenant, je vis avec l’English Boyfriend. Tout ça pour te dire, que j’ai pu vivre […]

  4. […] l’English boyfriend nous sommes devenus « live-in guardians ». Je t’expliquais le principe dans cet article. En gros on squattait légalement des bâtiments pour une fraction du prix d’une colocation. Un […]



Leave A Comment

Follow me:

Les archives

Cookies – Mentions légales

A propos…

MyTourduGlobe est un blog hybride: à la fois blog de voyage et blog d'expatriation. Je m'appelle Lucie et je vis au Royaume Uni. Plus précisément je vis à londres depuis 2010, avant cela j'ai vécu en Roumanie. L'expatriation et moi, c'est une grande histoire d'amour comme tu pourras le voir au fil des articles!

Mais ce site, c'est aussi un blog de voyage. En effet, dès que possible j'aime voyager: que ce soit au Royaume Uni ou ailleurs dans le monde. Vous voulez en savoir plus? Parcourez mon blog de voyage et ma page "à propos" pour apprendre à mieux me connaître.